Heure d’hiver, lundi noir

horloge

Si le passage à l’heure d’hiver a de quoi dérouter, il y en a un qui en profite, c’est le soleil, autorisé à se coucher plus tôt et progressivement à se lever plus tard. Nous, dans l’affaire, on n’est pas gagnants. Tout juste l’opération nous permet-elle d’entretenir nos capacités défaillantes en calcul mental.

Il nous faut en effet d’abord nous rappeler de la date du changement. Viennent ensuite les sempiternelles ritournelles interrogatives : on avance ou on recule ? Question censée être tranchée par la suivante : on dort une heure de plus ou une heure de moins ? Cette dernière n’a pas de sens. D’ailleurs, même le plus optimiste des chronobiologistes écouté à la télévision ce samedi remet les pendules à l’heure, ne parlant pas de gain sur l’organisme lorsque la nuit dure une heure de plus. Ce dimanche, à trois heures du matin, il était deux heures. Outre le fait que la plupart des dormeurs ne s’est pas aperçu d’avoir redoublé l’heure en question, ils n’ont pas dormi plus que d’habitude. Notre horloge interne, et elle seule, fait la loi. Le passage à l’heure d’hiver est donc traître.

Il paraît qu’il induit des troubles de la concentration à la fois chez l’enfant et chez l’adulte. Par chance, ce lundi, l’enfant ne va pas à l’école. En revanche les adultes, eux, quand ils ne gardent pas la marmaille, vont bosser et seront donc nombreux au volant de leur voiture. C’est là que l’histoire se complique.

Je vous propose un petit exercice mathématique autour de cette problématique et à partir de postulats bien établis. Aucun piège rassurez-vous. Si toutefois vous ne trouvez pas le résultat exact de ce problème à la facilité déconcertante, n’hésitez pas à faire appel à vos rejetons. Après tout, les extirper de leur occupations virtuelles et numériques pour un devoir de vacances appliqué à l’actualité leur fera le plus grand bien.

Défaut de concentration oblige, les assureurs connaissent un lundi noir après tout changement d’heure. C’est statistiquement prouvé par d’infaillibles calculs réalisés ce jour précis par des types de mauvais poil en manque de sommeil et sous perfusion caféinée. On n’y échappera donc pas. Le joyeux chronobiologiste à l’air patibulaire et « chrono-décalé » en permanence, aperçu ce samedi, conseille l’absorption d’aspirine au réveil sur les trois jours concernés par le passage à l’heure d’hiver.

La consigne est claire, et les calculatrices proscrites. La voici.

Sachant que j’aurai ce reportage à l’esprit au moment de prendre le volant lundi matin, et que je roule de manière raisonnable au contraire de la majorité gardoise, rarement concentrée quelle que soit la saison ; sachant que pour cause de vacances de la Toussaint il y aura moins de monde sur mon trajet ; considérant que la luminosité meilleure me permettra de réagir plus rapidement que la semaine dernière aux éventuels obstacles de nature à mettre en péril ma sécurité ; sachant cependant que le Mistral en tempête accompagne l’écriture de ce texte et la chute aléatoire de branches sur les routes du département ; au vu de tous ces éléments d’une clarté et d’une limpidité bibliques, calculez les deux probabilités suivantes.

Celle de me voir appeler mon assureur – attention, il ne travaille que de quatorze heures à dix-huit heures lundi – et la probabilité que l’un d’entre vous noircisse la journée du sien après avoir tenté de résoudre ce problème au volant, les yeux braqués sur l’affichage digital de sa voiture, bloqué sur l’heure d’été.

Ah, j’oubliais une chose, je n’ai pas pris d’aspirine…

La réponse peut attendre. Votre heure sera la mienne.

Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article a été publié dans Chroniques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Heure d’hiver, lundi noir

  1. Anne C dit :

    Ah mais, heure d’été ou heure d’hiver, dès le premier repas familial le rythme est pris ici. Faisant peu de cas du lundi matin plus matinal ou plus tardif, l’heure c’est l’heure. Le changement (d’heure ou de vie) se prépare et s’accompagne pour se vivre simplement et sans difficulté 😉
    Je passe donc mon tour pour contacter l’assureur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s