Du virtuel de nos échanges

Sous le joug du virtuel, se nouent des amitiés qui se jouent du réel, solides et fragiles à la fois.

Sous l’emprise du virtuel, nos mots tissent des réseaux à l’emprise colossale sur nos vies d’auteurs.

Or, nous manquons parfois de recul et de hauteur. J’en manque parfois.

Il y a des jours ou j’enlace le virtuel en une étreinte forte et d’autres où je m’en lasse, accolade éteinte et plume mélancolique. Tous ces noms qui m’échappent et ces pseudonymes anonymes se mêlent à ma tristesse fugace dont mon écran n’a que faire !

Et si le palpable se substituait à l’insaisissable ? Et si les statistiques et les courbes implacables se teintaient de poésie ? S’ils pouvaient même passer au second plan, noyés dans l’indifférence générée par les valeurs humaines qui auraient pris l’ascendant ? Au sommet des dômes de chiffres, la pente est glissante. Passer d’hommages en dommages collatéraux est si vite arrivé.

Captés par le flux incessant voire malsain en certaines occasions, nos mots dépassent nos intentions et maquillent nos personnalités. Ils sont cependant une force d’échange géniale et nous permettent d’exprimer confortablement des joies, des peines, des humeurs et des traits d’humour, retranchés derrière nos ordinateurs, nos avatars ou nos profils.

Mais en plus de l’échange littéraire, on partage un peu plus, on se dévoile en partie. Et on finit par ne partager ou ne découvrir que des bouts. Le contact virtuel est fragmenté en parcelles difficilement abordables par tous et pour tous. Il est compliqué de suivre ces morceaux à la trace. Ils se diluent, happés par le réseau nébuleux. On oublie et on le regrette très vite. La lutte est permanente pour rendre cet échange durable car ce n’est pas sa vocation.

Il est dense, intense et fulgurant. Il vit dans l’instantanéité. Et pourtant…

Ces quelques lignes condensent mes espoirs d’apercevoir du concret derrière mon écran, un peu plus en tout cas, au fur et à mesure de mes lectures, au gré d’échanges improvisés et de recommandations opportunes.

Virtuel, ça rime avec confidentiel et dans confidentiel il y a confiance et confidence. Il y a aussi dense comme les liens construits avec certains d’entre vous…

Et « danse », telles ces farandoles de mots en ribambelles qui éclairent nos pages et nos journées.

 

Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s