C’est tout vu

Pas la peine d’ouvrir les yeux si c’est pour regarder son nombril

Déni ou deal, aujourd’hui comme hier

L’égoïsme en bandoulière justifie nos œillères

Aveuglé d’avantages, son amour-propre on agrippe

Fondamentaux eux-mêmes une fois de plus pris en grippe

A quoi bon ouvrir les yeux ?

Si l’on ne voit pas plus loin que le pavé qu’on bat

Ces douloureux combats n’élèveront pas le débat

En remuant ciel et terre bien au contraire la poussière retombera

Sans en avoir l’air

Sur le pavé habitué aux sautes d’humeur, tour à tour recouvert

D’un miel d’une autre ère ou de fiel délétère

Sans juste mesure

Que le rythme de celles dont on réclame l’usure

Le récif est proche, mais ne soyons pas rétifs, ouvrons tous ensemble au même moment

Nos yeux sur le monde et les superlatifs

Prendront certainement

Le pas à la ronde sur nos relatifs tourments

Car si c’est pour s’accrocher à nos bouts de lumière sans même voir l’ombre chez nos voisins

Si c’est pour n’ouvrir grand les yeux que sur nos petites misères

Si c’est pour n’admirer que le bout de son nez

Alors c’est tout vu !

Mais si c’est pour relier yeux, sourire, oreilles et cœur au sein de la Terre,

Dans un souffle solidaire, dans un effort salutaire

Alors c’est tout vu aussi !

Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s