La reprise (des chaussettes), c’est maintenant !

Un prolongement au texte précédent (Bonnets rouges et blancs bonnets)…

Si, à l’image des bonnets rouges, les mouvements contestataires semblent s’emparer de la métaphore textile, celle-ci est en réalité ancrée depuis longtemps dans les us et costumes. Et ce n’est pas prêt de changer, que ce soit du côté du peuple ou des gouvernants, les uns et les autres ayant plus d’un élément de langage dans leur dressing. Les armoires regorgeant désormais d’un individualisme cintré, chacun tire la couverture lexicale à soi, tantôt pour redorer son blouson, tantôt pour montrer que l’Etat gère. Habiller ses discours ou ses actes de la sémantique textile est donc plus que jamais à la mode, comme si l’on voulait enrober la crise et ses à-côtés de beaux vêtements, et ainsi l’endimancher. Ce n’est cependant pas la chemise du dimanche qui nous colle à la peau, mais bien le blues, pas de beaux habits mais de beaux draps, point de nœud papillon mais un sac de nœuds !

Sur les podiums des palais de la République, les tissus de mensonges plus ou moins gros défilent. Et, après examen de la situation sous toutes ses coutures, il est facile de voir que la reprise n’est pas dans la poche, et que ce sera coton de s’en sortir. Il faut dire qu’être à côté de ses sandales sans jamais rater l’occasion d’un scandale ne plaide pas en la faveur des politiques. Toutes obédiences confondues, beaucoup n’ont en effet plus la cotte de maille et sont mal en point de croix, pas loin d’être battus à plates coutures. Si nous rions sous cape, eux en revanche maintiennent le cap, rembobinant leurs formules toutes faites, embobinant ainsi l’électeur à la mine pourtant défaite depuis belle lurette. Imperméables aux affaires et parés aux critiques, ils s’affrontent à coups de piques culottées et de courbes trafiquées, tels des chiffonniers.

Quand on rêve de cousu mains, de cas parka et de sur-mesure, on nous oppose mesurette sur mesurette. La faute à certaines peaux de vache qui s’accrochent à leurs peaux de chèvre ministérielles. Les batteries de lois garnissent les collections de prêt-à-porter à conséquences et à confusion. Et dans cette pagaille, alors que les dirigeants ne semblent pas maîtriser les tenants et les aboutissants, les citoyens sont à bout. Bien sûr, la critique est aisée et l’acrylique bon marché, mais ce n’est pas une raison pour rembourrer les réformes de fibres recyclées. Les gens blasés font facilement porter le chapeau aux hommes de pouvoir. L’actualité renforce d’ailleurs cette tendance, les révélations sur les retraites chapeau donnant un peu plus envie de se blottir dans son col roulé, même si lui aussi semble roulé dans la farine. Encore une fois, le « ras-l’urne » guette, les lavages de linge sale dans les familles politiques n’incitant pas à saisir son bulletin, surtout qu’ils nettoient par virages à 180° ! Les isoloirs se vêtiront du strict minimum, un juste-au-corps électoral en quelque sorte, un peu juste pour redorer la démocratie. Ça râle donc dans les chaumières, la toile de jute devenant de fil en aiguille « toile de zut ! ». La confiance s’étiole et le repli s’organise parfois à coups d’étoles tricolores justifiant l’haineux discours par-ci, et les coups bas par là.

Bref, nos dirigeants sont dans leurs petits souliers, empêtrés dans les affaires et épinglés par quelques observateurs avisés, tandis que les Français pâtissent de la situation.

Mais que tout le monde se rassure, lorsque le moral est plombé au point de tomber dans les chaussettes, ces dernières se trouent…La reprise est donc inévitable !

Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article a été publié dans Chroniques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s