En voiture l’I-phone

coccinelleOn fait désormais des pieds et des mains pour que le smartphone transporte d’enthousiasme l’acheteur au moment de choisir sa voiture. Comme si l’automobiliste avait besoin d’un mobile pour être transporté ! Les concessionnaires rêvent des files d’attente formées à chaque sortie du modèle vedette de la marque à la pomme. Pour exciter la foule, ils ont déjà imaginé les slogans. Un animateur, digne héritier de Guy Lux, entonnerait à l’envi des « En voiture l’I-phone ! ». Pourtant, s’il est vendu comme une assistance, il est aisé de considérer le téléphone comme un assistanat. Plus de direction assistée, mais des conducteurs assistés. La conduite accompagnée pourra ainsi débutée dès le berceau, comprenez à l’acquisition de son premier smartphone. Désigné accompagnateur, il mettra la personne majeure à l’index.

Les constructeurs fantasment. Internet leur a mis la puce à l’oreille, eux vont la mettre au volant ! Tous se voient vanter les mérites de modèles non pas trois ou cinq portes, mais 3 ou 4G. A la question « peut-on caser beaucoup d’affaires ? », ils embrayeront sur les capacités de stockage via le système USB. A celle du contact, ils confondront les verbes mettre et ajouter, et insisteront sur la boîte mails au lieu de la boîte de vitesse.  Bref, à côté de la plaque d’immatriculation ! Et de toutes les autres plaques, d’ailleurs.

Finies les AX K-way ou les C2 tic-tac, place aux Clio Apple et aux Smart Phone. Des voitures douées de la parole mais pas encore abordables, leur voix froide dissuadant quiconque de poursuivre la moindre conversation. Si la peinture métallisée évite la rouille, elle s’est fait griller la priorité par une voix métallique qui file la trouille. Peu importe, les véhicules causent, et c’est là l’essentiel.

A ce rythme, les accessoires – qui portent bien leur nom – seront proposés de base, reléguant boîtes à gants, clignotants et autres essuie-glaces parmi les options.

Les auto-écoles, elles, font carte grise mine. Les professeurs cèdent peu à peu leur place aux processeurs. Et que dire de l’institution de prévision du trafic ? Des bisons par milliers, pourtant toujours futés et donc en état de servir leur pays, envoyés à l’abattoir ou dans des musées !

Bien sûr, les utilisateurs assistés seront vite perdus. Mettant la pomme plutôt que la gomme, ils maitriseront plus facilement le QR code que celui de la route, l’utilisation du code barre que les barres de toit, scannant à tout-va les panneaux de signalisation, et attirant de la sorte l’attention de la marée chaussée.

« Ils sont bourrés ma parole ! »

–          Non, juste bourrés d’électroniques.

Le smartphone aura donc bientôt fait son nid au cœur de l’habitacle, celui-ci devenant « habitactile ». On vient de le voir, une tendance facile à « habitacler » !

Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article, publié dans Chroniques, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s