Saint Cloud, compilez pour nous !

nuageBig ou open, les données – data – publiques et personnelles aiguisent les appétits. Une histoire de gros sous. Bien sûr, nos données nous tiennent à cœur. A cœur des pirates aussi. Les hackers, pas la chanteuse, que les choses soient claires ! Nombre de sociétés sont également sur les dents et sur le cloud. Le pauvre, malmené et gavé d’informations parmi lesquelles viennent se servir des mains 2.0 peu scrupuleuses. Un brave cumulus, pourtant, passé de nuage inoffensif à cloud-iquant.

Cela dit, le type qui a inventé les mots de l’Internet peut se mordre les doigts d’avoir titillé de si près la métaphore maritime. Difficile de s’étonner de la présence de pirates lorsque navigateurs en tous genres, barres des taches, ports USB ou toile sont autant d’incitations sémantiques aux détournements. La toile justement, poreuse, ferait bien de disparaître au profit d’un mot plus adéquat. La bâche, par exemple, hermétique à souhait. En ligne, de gros poissons cachés derrière leurs PC, micro et Mac, fricotent avec des maquereaux à l’origine de micmacs. Des bandits de grands liens qui montent à bord de nos espaces personnels pour commettre leur forfait deux heures ou cinq cents Gigas, finissant par faire main basse sur le gouvermail de données. C’est comme un gouvernail, mais adapté au Net.

Evidemment, nous ne sommes pas exempts de tout reproche, prompts que nous sommes à écumer les sites en laissant des preuves de notre passage, des empreintes digitales. Nous nous confions sans arrière-pensée à Saint Cloud, à ne pas confondre avec la ville de Saint Cloud, plus Hauts de Seine qu’haut débit, dans une profession de foi inébranlable et candide : « Saint Cloud, compilez pour nous ! ». Celui-ci, aussi « Amen ! » qu’amène, prend sous son pix-aile – c’est pareil qu’une aile, mais ça sonne mieux ici – nos données personnelles que l’on pense transmettre en toute connaissance de clauses. Erreur ! En se fichant de toutes précautions numériques, on est fiché tout court, se plaçant sous la menace directe d’arnaques. Dès lors, ne nous étonnons pas d’être cy-berné ! D’autre part, notre « Open data » s’ouvre non seulement à tous les vents, mais à toutes les ventes. Pourtant, si nous participons à la production locale, voilà le paradoxe de la donnée : made in France et stockée loin ! Dans des entrepôts en libre-service ou presque.

Heureusement, les autorités et moi-même prenons le sujet à bras le Cloud. En cette journée mondiale de la protection des données – ce n’est pas aujourd’hui mais faites comme si – et si vous ne voulez pas faire semblant, considérez que je voulais à tout prix caser l’existence de cette journée, je vous annonce la création imminente d’une agence spécialisée.  « Intercloud », police des polices du Web, destinée à faire place nette sur la toile. Autrement écrit, à faire Net net. Des ressources perfectionnées lui seront allouées dans un effort budgétaire sans précédent : gilets pare-feu, police de caractère calibre 158, ou codes sécurisés pour contrebalancer les « passwords » passoires. Sans oublier les moyens humains : des profileurs munis de lance-requêtes discrets et de filtres efficaces pour s’infiltrer sur les profils facebook suspects. Faites-moi confiance, les résultats ne tarderont pas. Les premières descentes de police permettront d’arrêter toutes les bandes. Un peu de patience, pour l’instant, c’est plutôt les clics et les captures d’écrans, que la clique et la capture des brigands ! En attendant, le Saint Cloud est soulagé, on lui a mis à disposition trois agents. Des gardes du Cloud.

Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article a été publié dans Chroniques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Saint Cloud, compilez pour nous !

  1. Merci pour cet article drôle et intéressant. Le Cloud et la protection des données personnelles (si cela est encore possible) est un vaste sujet. Un trou noir peut-être ? 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s