Maître des lieux et des lieues

rien« Le lieu ». Dressons son état des lieux. Il évoque un tas de choses. A mots en toutes circonstances et parfois hameau, à ne pas confondre avec le lieu-dit qui n’est pas systématiquement habité. Ledit « dit » jouant le rôle de complément de lieu valorisant l’endroit associé, ici un vulgaire champ de patates, là une ferme à l’abandon.

Le lieu est un nom commun qu’on trouve partout même au milieu de nulle part. Le terme s’acoquine sans préférence de verbes, d’adjectifs ou de prépositions, donnant et ayant lieu par exemple. Il est coup sur coup public, sûr ou saint. Pour la sécurité, il existe des lieutenants tenant lieu d’adjoints en tenue tenus de rendre compte, si ce n’est en haut lieu, au moins à leur supérieur. Attention, ce dernier ne fait pas office de chef-lieu. Il y a des lieux-dits avant tout écrits en lettres blanches sur des panneaux à fond noir, et des lieux non dits ou qu’on évite de dire au risque de verser dans le lieu commun. Il y a aussi le non-lieu à quitter fissa. Lui est prononcé, c’est un non-lieu dit. Il incite sans peine à débarrasser le plancher et le parquet. Le lieu peut être mathématique également. Dans ce cas, il désigne l’ensemble des points présentant les mêmes propriétés. Des points de chute aux résidences identiques, ou des points de vue tous remarquables – habitations nommées Beaulieu – ou à l’inverse des opinions d’une banalité affligeante – là encore des lieux communs. Les hauts lieux de l’Histoire sont pourtant commémorés indifféremment en bord de mer ou sur les cimes. Des endroits de mémoire hauts en couleurs. En revanche, lorsqu’il nage en eaux profondes, le lieu ne se colore que de jaune ou de noir. Enfin, au féminin, le lieu devenu lieue mesure, tout en nourrissant l’imaginaire des détenteurs de bottes.

D’ailleurs, en débutant ce texte, j’étais à mille lieues d’imaginer qu’il pouvait se mettre dans tous ces états. Il faut reconnaître que l’écrit est un lieu sûr ! Et vice versa, le lieu assure à l’écrit. Il s’est laissé asticoter dans tous les sens, je l’ai travaillé à ma guise et j’en suis fort aise. Un lieu d’aisance d’une certaine façon.

 

Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article a été publié dans Chroniques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Maître des lieux et des lieues

  1. sevillaisne dit :

    c’est peut être une lapalissade mais je pense que non nageons en eaux troubles tant sur le lieu que sur le non-lieu … un bel exercice Mathieu mais toujours trop sensuel et personnel … 😉

  2. Cecilia Keller dit :

    La liesse de lier des mots et de nous offrir…Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s