Notre Dame d’Esclandres

AVION 3

De recours en appels, le premier coup de pioche est remis sans cesse. Embourbement imminent pour nouvel aé-report. Le projet s’enlise au grand Notre dam de ses défenseurs qui ont plus les glandes que les landes. Cloué au sol en raison d’interminables turbulences. A moins que le pilote ne fasse encore défaut ? Pourtant, les promoteurs avaient ficelé un dossier en béton. C’était sans compter sur des contestataires réfractaires au bitume, écolos à flore de peau, plutôt proches des chouettes hulottes que des chouettes hublots, ou cultivateurs de patates chaudes et de pommes de la discorde. Les répliques des partisans mijotées à feu doux et fignolées aux petits oignons se sont heurtées à l’intolérance des antis à l’oignon bien cuit. Depuis, les casseroles attachent et s’amoncellent de part et d’autre. La fronde s’est organisée. Un combat de coqs et de cockpit. Le combat de l’aile. Le con aussi, remarquez,  à la différence des avions dont les ailes ne battent pas. Les antis protestent et les pros testent des réponses. Les premiers embarquent les médias quand les seconds rêvent d’embarquement immédiat. D’un côté on fait le siège, de l’autre on l’imagine. Si les défenseurs du projet se tiennent à carreau, en face on ne s’en tient qu’aux « haro ! », confondant bocage et blocage. Le camp du oui invoque les pelles, celui du non l’appel. Le site pilote devient terrain de mésentente. Un endroit où on piétine des espèces en danger en même temps que le bon sens part en lambeaux. Contre les classes affaire et économique, les tracteurs CLAAS des détracteurs tractent leurs revendications : c’est la lutte du même nom ! On y croise d’irréductibles Gaulois, à ne pas confondre avec le Baulois non éloigné des hostilités mais qui s’en tamponne le coquillard. Remarquez, lorsqu’on plane comme les zadistes, ne pas éprouver le besoin d’un nouvel aéroport n’a rien d’anormal, certains trouvant déjà leur bonheur dans le rail. Tout le monde s’en mêle et s’emmêle. Militants associatifs ou politiques de tous bords, toutes ailes dehors, tous se noient dans le maquis législatif, plus « legis » que « hâtif ». Si les partisans se contentent d’une ou deux soutes par appareil, les pourfendeurs sont plus gourmands, exigeant que cette mascarade soit dissoute.

Du côté des exécutifs successifs on laisse planer le doute, mais il s’agit bien d’un aéroport, il va donc falloir se décider à atterrir. Las, le gouvernement se croyant bien aiguillé par un personnel au sol naviguant en eaux troubles, opte pour le référendum. Histoire de repousser la décision aux carlingues suisses –  comme si les Helvètes en fabriquaient – et aux calandres tchèques – comme si un avion était foutu pareil qu’une voiture ! Fichu pour fichu, il est grand temps de faire revenir d’autres oignons dans une casserole neuve avec une ou deux patates chaudes. Et pourquoi pas organiser une consultation avant l’officielle, un pré-référendum : « Faut-il faire voter les Bretons, seuls les habitants de Loire Atlantique (attention certains se sentent breton), la France entière ? Et les vaches ? ». A ce propos, elles qui aiment tant regarder les trains passer, pourquoi n’apprécieraient-elles pas de voir les avions décoller ?

Bref, sur ce champ de bataille où le triton marbré se confond avec le Riton beurré, dans cette guerre de tranchées aux arguments vaseux – marais oblige – c’est bien cela dont il s’agit : trancher ! A moins de rebaptiser les lieux : Notre Dame des Calendes (grecques).

Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article a été publié dans Chroniques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Notre Dame d’Esclandres

  1. Tippi dit :

    Alors là! Vraiment du haut vol ! Incroyable! Il y avait longtemps j’avoue que je n’avais atterri sur ton aire mais aiguillée par ton titre on ne peut mieux choisi, j’ai embarqué sans réfléchir et voilà qu’en plus, réflexion il y a dans le voyage! Franchement je suis bluffée par tant de jeux de mots sur les maux qui font rire certains autant qu’ils en font pleurer d’autres. Oui je le répète Du Haut Vol pour un Bandit littéraire qui devient Pirate de l’air! Un grand bravo Mathieu!

    • SCANGA dit :

      A ce qui semble, j’ai des concurrent(e)s sur le site ! Partageons le menu littéraire, il en restera bien quelque chose. Un retraité amateur de bons mots……….

  2. Eh ben…ça décolle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s