Champ boulé et métaphore filée

blanc noir 2

La mine renfrognée, Fabrice sirotait son muscadet accoudé au zinc. Jeff alla aux nouvelles de l’agriculteur :

  • Qu’est-ce que tu fabriques ici ?
  • Ça se voit pas ? Je broie du noir.

Jeff, le regard posé sur le verre de blanc, semblait ne pas comprendre.

  • C’est un blanc que tu bois !
  • Avec un « r », du verbe broyer !
  • Hop hop hop, du calme, pas la peine d’aboyer comme ça, si la couleur te convient pas, change de ton !
  • C’est pas la couleur qui pose problème, mais le matos !
  • Il doit bien exister d’autres fabricants de broyeur ?
  • Tu piges pas, « broyer du noir » c’est une expression.
  • Ah !
  • Une façon de parler.
  • Hum…
  • Oublie, j’aime bien ta candeur béate, ton aptitude naturelle à laisser glisser les soucis sur toi. Pour ma part, les problèmes me tombent dessus à tout bout de champ.
  • Mets le paquet au milieu de ta parcelle dans ce cas !
  • Ah ah, toi tu trouverais pas d’eau à la rivière !
  • Normal, avec cette sécheresse d’enfer, elle est à sec !
  • Ecoute, j’ai besoin de me confier. On me considère toujours comme la troisième roue de la brouette !
  • Elle n’en a qu’une seule, non ?
  • Quoi ?
  • Ta brouette.
  • Oui ! Tu vois, raison de plus !
  • Je parie que tu te sens tout retourné.
  • Gagné, complètement chamboulé !
  • Je dirais même plus, champ-boulé, champ dessus dessous. Logique en cette période de moissons !
  • Ah ah, tu saisis pas toutes les métaphores mais à toi tout seul tu en vaux dix ! J’ai le moral dans les chaussettes mais ta spontanéité me requinque.
  • Une métaphore ça aussi ?
  • Oui !
  • Filée peut-être ?
  • Pire, effilochée. Même mes chaussettes sont à bout !
  • Comme je te comprends ! Pour ça que j’ai tout misé sur les tongs.
  • Je sens qu’il y a anguille sous roche, on ne me fait pas confiance. Ou baleine sous gravillon. Façon de parler, bien sûr. A moins que je ne voie le verre à moitié vide. Je sais plus trop sur quel pied danser. Qu’est-ce que t’en penses, Jeff ? Hein ? Tu dis plus rien ?
  • Hum…mouais. Tu sais, se taire c’est aussi une façon de parler !
  • La métaphore tue ?
  • Oui ! Et la métaphore tue vivifie, pas vrai ?
Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article, publié dans Nouvelles, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s