Jouez au froid, résonnez sornettes

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

« Y a plus de saison » qu’on clame haut et fort dans les bistrots de France et de Navarre. Et pas que dans les troquets. Sur les marchés, chez le docteur, au bureau ou dans les gares. Un adage rebattu généreusement par les médias. Mais quand par le plus grand des hasards d’une fourberie sans nom, l’hiver culotté se radine, lesdits journalistes, gelés aux entournures, sont pris en flagrant délire de « pourvu que ça dure ! ». Les voilà faisant des pieds transis et des mains engourdies pour mettre en scène les records en soustrayant des degrés aux mesures officielles. L’information subit le même traitement que les chaussées. Les présentateurs apportent leurs grains de sel par brassées entières. Un trop plein éclaboussant les écrans comme le sel maquille les carrosseries. Une emphase à côté de la plaque de verglas. En cette période d’après Noël, ils accueillent le froid tel le Messie, célébrant son avènement. La vaguelette déferle et les directs s’enchaînent. Aux sceptiques qui réduisent la vague à l’Europe centrale, on ressert Tchernobyl et son nuage. Face au risque, les avalanches d’informations sont déclenchées : flot continu et flocons ténus. Le saupoudrage devient couche, la pellicule de glace patinoire olympique et le moindre monticule congère énorme. « Jouez au froid, résonnez sornettes ! ».
Les trois mages dépêchés sur place ne savent plus où donner du bonnet. La caméra vacille, bousculée par Gelfor tout juste proclamé envoyé spécial mais néanmoins dépourvu d’équipements adaptés. Son équilibre retrouvé, il s’étonne de l’agilité d’une mamy à l’air goguenard. Les yeux écarquillés, lui et Vlalebazar voient passer la dame qui leur cloue le bec d’un geste moqueur vers sa semelle cloutée. Puis, par un acte de bravoure de nature à arracher un sourire au plus imperturbable des gardes suisses, ils jouent des coudes en direction d’une maman et de sa fille. Décrivant en détail la panoplie de la petite, Gelfor salue le port d’un bonnet, d’un anorak et de gants comme le plus grand exploit qui lui ait été donné de vivre dans sa carrière. On le sent flancher, pas loin de lâcher son micro à la découverte du sous-pull de la gamine. Rien que ça ! Finalement, c’est un petit cri qu’il lâche, à mi-chemin entre euphorie et expression du devoir accompli. Gasparadra, lui, se tient prêt à dégainer en cas de gadins inopinés alors qu’en plateau, on prépare la chute du reportage.
Quelle dépense d’énergie pour si peu ! Des médias dépassés par l’avènement. Las, s’ils étaient doués d’une once d’expérience, ils auraient consulté les oracles dès l’automne, sondé les ours polaires du zoo de Vincennes, passé en revue les dictons et comparé la taille des glands de la forêt de Brocéliande aux spécimens de celle de Fontainebleau. Après deux jours de débats enflammés, les commentaires vont bon train : le coup de froid va-t-il s’intensifier ? Évidemment ! Place aux -20, -30 ! Que dis-je ? On annonce même ici ou là -40…
…Les soldes se profilent à l’horizon !

Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article a été publié dans Chroniques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s