Menus poissons

Les ultimes rayons du soleil d’hiver s’abattent sur la mer, happés en bout de course par l’horizon encombré de nuages porteurs d’averses. Marius et Pierrot, attablés dans un coin de la brasserie qui leur sert de cantine, font grise mine.
« Ils nous cassent les bonbons avec leur Brexit, attaque Pierrot.
– Paraît que la Reine Mère veut récupérer ses sujets ?
– Oui, interdiction de pêcher un poisson anglais, désormais !
– Depuis le temps qu’ils fricotent avec nos ouailles, prouver leur nationalité va être coton !
– Exact, Marius. Cette affaire est tordue, aussi emmêlée que mes filets les jours de gros temps.
– Qu’en pensent les poiscailles ?
– Ils s’en contrefichent !
– Tu leur as demandé ?
– Non, je parle anglais comme un poisson espagnol !
– Une vache !
– Quoi ?
– On dit une vache espagnole, Pierrot !
– Parce que tu crois que le poisson d’Espagne se débrouille mieux ?
– Ne sous-estime pas les Ibères !
– Bref, les faire parler nous faciliterait le tri.
– Je ne voudrais pas refroidir tes ardeurs mais il me semble que les poissons de la Manche sont aussi muets qu’une carpe d’élevage. Et crois-moi, le silence anglais ressemble au silence français comme deux gouttes d’eau tombées de part et d’autre de la frontière.
– Puisque tu étales ta science, tu as mieux ?
– L’humour !
– Sérieux ?
– Ou leur façon de nager.
– Précise !
– Le crawl, c’est pour les poissons anglais.
– J’ai comme un doute, Marius…
– Crawl, c’est un mot anglais, je ne vois pas ce qu’il te faut de plus.
– Les voir battre des nageoires !
– Tu pinailles, Pierrot.
Le son de la télé parvient aux oreilles des deux acolytes. L’envoyé spécial évoque eaux territoriales et quotas.
« Ça veut dire quoi, eaux territoriales ? interroge Marius.
– Ça signifie chacun de son côté.
– Parce qu’en plus, on compte sur nous pour leur faire passer la frontière ?
– Mais non, ils parlent des pêcheurs.
– Les bateaux Français d’un côté, les rafiots Anglais de l’autre ?
– Affirmatif, pas besoin de trier en réalité !
– Et les poissons sont plus nombreux à barboter en Angleterre ?
– Un sacré paradoxe, n’est-ce pas ? Se précipiter dans les casseroles Outre-Manche, quelle idée ! Une injure à la gastronomie !
– Il nous faut un plan pour qu’ils rappliquent en France, Pierrot.
– Ces bêtes-là, ce n’est pas causant, mais ça écoute. On va leur dérouler le tapis rouge, Marius, vanter l’Union Européenne, la libre circulation…
– Et puis l’auberge espagnole c’est plus excitant que le fish and chips !
– Justement, j’ai un ami pêcheur à Barcelone. Il fréquente des poissons qui en ont par dessus les branchies de finir en bouillabaisse à Marseille ! Il se fera un plaisir de leur chanter les vertus de la Manche ou d’organiser un gueuleton le long des côtes atlantiques.
– Je savais qu’on pouvait compter sur les Ibères !
Le bulletin s’achève sur la situation en Catalogne.
« Mais la pagaille qui règne là-bas pourrait tout faire capoter, ajoute Pierrot en pointant la télévision.
– Pourquoi ? Ils sont grands, les poissons catalans, autonomes et libres de partir à la rencontre de leurs potes du Nord !
– Certains réclament l’indépendance !
– L’indépendance ? articule Marius comme s’il peinait à saisir. C’est plus fort que la liberté, ça ? Dans ce cas, qu’il nous envoie les pro-Espagne !
– Oui mais on en revient au point de départ !
– Lequel ?
– Comment les distinguer ?
– Bon. Tu n’as pas un copain ailleurs ?
– Si, en Corse !

Publicités

A propos Mathieu Jaegert

...là où vont mes mots.
Cet article, publié dans Nouvelles, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s